Actualités - A savoir également



Bail commercial : droit d'option et frais de l'instance

01/12/2009

Le bailleur qui exerce son droit d'option et refuse le renouvellement du bail n'est redevable que des frais exposés avant l'exercice de ce droit, et non de ceux d'une nouvelle procédure engagée postérieurement pour fixer les montants des indemnités d'éviction et d'occupation.

La détermination du débiteur des frais d'expertise ordonnée, après l'exercice du droit d'option, pour fixer le montant de ces indemnités, relève du pouvoir discrétionnaire du juge.


Pour des considérations d'ordre économique ou par stratégie patrimoniale, le bailleur peut, après avoir délivré à son cocontractant congé avec offre de renouvellement, se raviser et, in fine, décider de se séparer de son cocontractant.


Envisageable à tout stade de la procédure, ce droit d'option doit intervenir au plus tard, dans le mois qui suit la signification de la décision définitive (art. L. 145-57, al. 2, c. com.).


Sur le plan financier, l'option exercée par le bailleur va avoir deux conséquences.


En effet, non seulement, elle va impliquer le versement au locataire d'une indemnité d'éviction mais, de surcroît, le bailleur devra supporter « tous les frais » (art. L. 145-57, al. 2, c. com.).


Par l'arrêt du 16 septembre 2009, la haute juridiction se prononce, à notre connaissance pour la première fois, sur l'étendue des frais mis à la charge du bailleur. Aussi, il semble qu'il y ait lieu de voir dans cet arrêt de rejet un arrêt de principe.
Au cas particulier, le preneur estimait qu'il incombait à son cocontractant de prendre en charge, d'une part, les frais liés à l'instance en fixation du loyer de renouvellement et, d'autre part, les frais de l'instance nouvelle rendue nécessaire par le changement de cap du bailleur, spécialement, les frais d'expertise engagés pour la fixation des indemnités d'éviction et d'occupation.


Il n'a été entendu ni par les juges du fond (Paris, 16e ch. B, 20 mars 2008), lesquels ont décidé de faire supporter ces frais d'expertise par moitié à chacune des parties, ni par la Cour de cassation.


Dans son arrêt de rejet, celle-ci estime en effet que les frais de l'article L. 145-57 du code de commerce sont nécessairement limités à ceux exposés avant l'exercice du droit d'option. Et pour ceux qui lui sont postérieurs, elle s'en remet au pouvoir discrétionnaire du juge du fond.


Il n'est peut-être pas incohérent d'estimer que, lorsque l'alinéa 2 de l'article L. 145-57 du code de commerce évoque la prise en charge, par le bailleur, de « tous les frais », cette notion se rapporte exclusivement à la décision définitive qui clôt l'instance en fixation du prix du bail révisé ou renouvelé dont il est question à l'alinéa premier.


De plus, la finalité du texte, qui reconnaît aux cocontractants un « droit à l'erreur », commande cette solution, laquelle conduit à remettre exactement les parties dans la situation antérieure à l'introduction de l'instance en fixation du prix du bail. Ce, sans que l'une ou l'autre n'ait à souffrir d'un préjudice.

 

Source : Civ. 3e, 16 septembre 2009, n° 08-15.741

 

Cet article a été rédigé par notre équipe de juristes. Cliquez ici pour accéder à nos formules.


Droit social (Tout voir)
01/07/2019
Le Conseil d’État considère que le comité d’entreprise ne peut pas critiquer le fait que l’employeur ... En savoir plus
 
Fiscalité (Tout voir)
01/07/2019
Une société qui prend en charge les intérêts des crédits souscrits par ses clients pour acquérir se... En savoir plus
 
Droit des affaires (Tout voir)
01/07/2019
En cas de non-dépôt des comptes annuels, l'astreinte prononcée par le président du tribunal de commerce doit ... En savoir plus
 
A savoir également (Tout voir)
01/07/2019
Une épouse avait travaillé sans être rémunérée ni déclarée pendant 18 ans dans l... En savoir plus